Une bonne maîtrise de la langue française reste la clé d'une intégration réussie

 
Regina , Israël

Diplômée en août 2006 d'une licence de sciences humaines et sociales, mention Psychologie (BA) avec distinction, à l'Université de Tel-Aviv, je me suis orientée vers des études de Master de psychologie clinique et psychopathologie au sein de l'Université de Bordeaux II.

Dans ce domaine,, l'enseignement dispensé à Bordeaux est en effet reconnu et apprécié sur le plan international.

Grâce à une bonne maîtrise de la langue française, j'ai eu la chance et l'opportunité de poursuivre mes études supérieures en France. Cette dernière expérience m'a également permis de découvrir une nouvelle culture. Durant cette période, j'ai pu, par ailleurs, m'adapter aux différentes exigences du cursus universitaire que j'avais choisi.

Mes études de Master I se sont déroulées sur 3 ans, que j'ai pu allier avec un temps de travail partiel (aide à domicile pour les personnes âgées, monitrice en crèche, animatrice de langue en hébreu pour adultes), durant lesquelles j'ai passé :

- mes contrôles de connaissances,

- poursuivre mes expériences de stage dans différentes structures,

- réaliser en 2008/2009 mon mémoire de M1 sur "le stress post-traumatique : facteurs de risque et de protection dans le cas du Sud d'Israël"

 

En septembre 2009, après délibération du Jury, c'est avec succès que j'ai pu intégrer un Master II professionnel de psychologie clinique, option psychopathologie (20 places pour 350 candidats) et l'année suivante, j'ai obtenu mon diplôme de Psychologue clinicienne.

Actuellement, je suis en formation spécialisée en thérapie familiale et de couple.

 

Logement

 

Avant mon départ en France, et par le biais de l'Agence Campus France, j'ai été logé à la Cité universitaire, gérée par le Crous, pour une durée de 6 mois, que j'ai réglé par avance, via un virement bancaire.
A mon arrivée, c'est le Crous qui a pris le relais directement, et ainsi j'ai pu être logée dans une seconde Cité universitaire durant 3 années supplémentaires (certificats de scolarité justifiant mon séjour en France).
Avant mon départ, les chambres restantes (dans la base de données de l'Agence Campus France) étaient de 9 m2 et grâce à l'amabilité des agents du Crous, j'ai pu négociér et obtenir un studio de 18 m2.

Deux mois après, et via les services du Crous, j'ai pu m'inscrire à la CAF, et ainsi bénéficier de l'APL (Aide au logement) d'un montant mensuel de 250 euros.

 

Un point essentiel à mettre en exergue pour les étudiants envisageant de poursuivre leurs études supérieures en France :

 

Un justificatif bancaire est obligatoire, faute de quoi les démarches ne pourront aboutir pour l'obtention d'un visa étudiant.

Personnellement, j'ai sollicité un prêt bancaire pour la première année, puis j'ai pu obtenir une demande d'embauche, via mo employeur, ce qui m'a permis l'obtention d'une carte de séjour étudiant, en justifiant mes ressources mensuelles (possibilité de travailler 20 h / semaine).

 

J'ai la chance d'avoir rencontré, à ce moment-là, des gens formidables et j'ai pris, dès mon arrivée, contact avec le Centre culturel juif de Bordeaux qui m'a aidé à décrocher mon premier contrat de monitrice de langue hébreu pour adultes.

 

Force est de constater qu'une expérience, en France, même de courte durée, demeure très enrichissante sur tous les plans. Mais il ne faut surtout pas oublier qu'une bonne" maîtrise de la langue française, reste la clé d'une intégration réussie.